Livre de Geoffroy le Tort

ReadAboutContentsVersionsHelp
Page 532 thumb

LIVRE DE GEOFFROY LE TORT

Last edit over 2 years ago by lmorreale3
Page 533 thumb

This page is blank

Last edit over 2 years ago by lmorreale3
Page 534 thumb

LIVRE DE GEOFFREY LE TORT

CES SONT PLUISORS CHAPITLES D'USAGES ET D'ASSISES DE LA HAUTE COURT DOU REIAUME DE JERUSALEM, QUE MESIRSE JOFREI LE TOR, QUI ESTEIT TENUS À MOULT BON PLAIDEOR ET ANCIEN CHEVALIER, MIST EN UN SIEN LIVRE, QU'IL FIST SELONC CE QU'IL AVOIT VEU ET USER ET ENTENDU DES ANCIENS RICHES HOMES ET AUTRES CHEVALIERS QUE IL AVEIT VEUS, ET QUI LES AVEENT SEUS PAR CIAUS QUI AVEENT ESTÉ DEVANT EAUS.

I. Que il esteit usage ou assise ou reiaume de Jerusalem, que quant heir merme d'age n'a ne pere ne mere qui puisse tenir son baillage, que le plus dreit heir et le plus preuchein des parenz qui sont en vie, à qui l'escheete puisse escheyr, a la garde et le baillage de ces biens devant totes autres genz, quant il les requiert, et aveir les deit: car il aureit l'irritage ce il li escheeit.

II. Et si est usage ou assise que quant aucune escheete escheit d'irritage ou de baillage à pluisors parenz qui sont en un degré de parenté à celui ou à celle de par qui l'esceete lor vient de celle part dont elle muet, que l'ains né de ciaus qui sont en vie l'a par devant les mainz nés, ce il la requiert; por ce que,

Last edit over 2 years ago by BJPReilly
Page 535 thumb

par l'usage ou l'assise, fié ne seignorie qui escheit ne se part entre freres ni entre autres parenz masles, ainz la deit aveir l'un d'iaus, c'est assaveir l'ainz né de ciaus qui sont en vie devant les mainz nés, ce il la requiert.

III. Et si est assise ou usage que le fiz et la fille demorre au point de son pere et de sa mere, quant il muert, à aveir ces biens et ces escheetes, mais que de baillage: car baillage n'escheit ni ne peut escheyr au fiz ne à la fille de celui qui a tenu le baillage, ce il y a plus preuchein parent de lui à l'heir de par qui l'on tient le bailliage; de celle part dont le fié muet.

IV. Et si est assise ou usage que on deit requerre et requiert on escheete de par le dereain saisi et tenant, et non de par autre qui aveir le deit.

V. Et si est assise ou usage que nul ne peut ni ne deit desembrer son fié ne doner partie, se se n'est por servise faisant, et de tel servise come le fié deit à celui de qui il tient son fié, ce il deit senise de pluisors chevaliers: car, par l'assise ou l'usage, on peut bien doner partie de son fié por partie dou servise que il deit, si come il est devant dit. Et totes choses, qui servise deivent, si est fié et deit estre mené come fié, ne l'on ne le peut aliener que ensi come l'on aliene qé ou chose qui deit servise, en autre maniere que par l'assise oul'usage de cesreiaume ou par l'otrei dou seignor de qui il tient le fié; et c'il autrement le fait, ce qu'il il a fait est encoru à estre preupre dou seignor de qui il tient le fié ou de ces heirs, à tot tens, par l'assise ou l'usage dou reiaume de Jerusalem.

VI. Et si est assise ou usage, quant l'on viaut destreitement semondre home de venir faire dreit en court, et il est ou reiaume, l'on le mande semondre tot avant par treis homes liges, dont l'un est en leuc dou seignor et dit la parole de la semonce, et deit moutir de quei on le semont et le terme de la semonce qui est quinse jors; et les deus deivent porter la garentie come ciaus qui y vont come court et sont court; et ce que il retraient en la plaine court, que il ont dit et fait por la semonce faire là où il alerent, est apelé recort de court. Et ce il avient que celui qui est semons dit que il eet essoigoié de son cors, en maniere par quei il ne peut venir en la court à la semonce que l'on li a faite, il en deit estre creu la premiere feis par sa pleine parole; et ce il est semonz la segonde feis, et il redit que il est si essoignié quei il ne peut venir, jurer le deit sur la sainte Evangille; et par ce en deit estre creu; et ce il après est semons la tierce feis, et il redit que il est si essoignié, par quei il ne peut aler, les devanz dis homes liges le deivent veyr et bien esgarder come essoignié, et e'il conoissent aparaument l'essoine de son cors tel que il ne peut venir à court dreit faire, assés est. Et ce il dit que il a essoine tel que les homes liges ne pevent pas bien conoistre, il deivent aveir aveuc eaus miege qui seit tenus au seigoor eu à la court de leauté dire; et le miege en deit estre creu de ce qu'il en dira.

Last edit 12 months ago by benwbrum
Page 536 thumb

Et totes les feis que le clamant le mescrera et dira que il entent que il est orres en point de venir dreit faire, aussi deit estre veu par les homes liges et par le miege. Et c'il avenist à la premiere feis ou à la segonde ou à la tierce que il fust defaillant ou reviau en ce que il ne vosist venir ou faire ce qui est devant dit, la court peut bien conoistre que le clamant deit estre mis en la saisine de la proprieté de la carelle, en tel maniere, que si tost come il vendra avant por fornir dreit, que il seit remis en la saisine tot avant, sanz delai.

VII. Et si est assise ou usage que si tost come le sodeier, quel que il seit, chevalier ou sergent à cheval ou à pié, ou escuier, se claime par l'assise de son seignor de sa decerte, son seignor le deit paier sanz delai, ou jurer sur sains que il ne li deit ce que il li requiert; et se il ne viaut jurer, et il vueille metre le seirement sur le sodeier, faire le peut; et le sodeier deit jurer sor sainz que celui li deit ce qu'il li demande en la maniere que il li met sus; et quant ila ce juré, le chief seignor de cel leuc le deit faire paier en l'orre; et ce celui ne le paie en l'orre, le chief seignor le deit faire gagier et faire prendre tant dou sien, partot là où l'on le trovera, neis en son ostel, par quei cellui seit enterinement paié sans delai.

VIII. Et si est assise ou usage des vilainz que l'on requiert où il y a debat dou fait de la nayté ou dou remuement des leus que l'on a et tient, que l'on les deit delivre par enqueste; et ce il avient que la chose veigne en court, le chief seignor la deit delivrer par enqueste que il fait faire.

IX. Et si est assise ou usage que, se aucun quel que ce seit, qui teigne fié d'aucun dont a li deit homage, et il ne li a fait, ne offert à faire l'omage que il li deit, dedenz l'an et le jor que il ressut le fié; ce celui en est ataint si come il deit, l'amende en est tel, que le seignor peut tenir le fié dont il li est defailli de l'homage, tant come les deus vivent, et lequel qui muer avant, la peine faut.

X. Et quant la seignorie escheit dès le jor que le seignor requiert les homages au comun de ces homes, c'est à dire au plus, il n'ont de respit de faire les homages que quarante jors; et ce il dedenz ce ne le font, la peine en est tel que la court peut bien conoistre que le seignor péut tenir les fiés tant que celui ou ciaus li facent hamage, ou li euffrent à faire; et adonc lor deit rendre leur fiés, ce ciaus ou celui ne fust hors dou pays, ou ce il n'eust essoine de son cors: et ce il a l'essoine, il le deit faire assaveir si come il deit au seignor; et si tost come il est en point que il le peut faire, il le deit faire dedenz les quarante jors; et ce il ne le fait, il encheit, si come il est devant dit, trusques à tant que il le face.

Last edit 12 months ago by benwbrum
Records 1 – 5 of 18