Le Livre au Roi

ReadAboutContentsVersionsHelp
Leaf702 thumb

SOMMAIRES DU LIVRE AU ROI.

I. Ici dit quel poer a li rois de bien faire a ces homes liges, et quel poer il n en a de maufaire, par dreit et par l'assise de Jerusalem.

II. Ici orris de quei est tenus li rois de maintenir et de garder, par dreit et par raison.

III. Ici orris quel poer a li rois de douner el sien propre et de non douner es choses de ses homes sans leur otrei.

IV. Ici orris quant li reaumes meut de par la royne , et li rois ses maris fait aucun don en la terre, et quel don vaut et quel don i a qui ne doit valer, encor soit ce que li rois 1'ait fait.

V. Ici orris la raison k qui deit escheyr li reaumes , ou as anfans dou premier roi ou as anfans dou segont roi, et quel don vaut dou baillage c'on tient, tant com seluy fill n'est d'aage, porqui Ton tient celuy baillage dou reaume.

VI. Ici orris la raison dou segont mary, ce est dou segont roi, et de ses enfans.

VII. Ici orris la raison dou roi qui est em prison de Sarasins, et di quei sont tenus ces homes liges vers luy de faire, et sil ne le font, si sont deseritis de leur fiis k tousjorsmais.

Vm. Ici orris la raison dou rei qui est mout endetis et n'en ai de quei paier sa dette , ne gage que il bailie k son acreour d'ofi il se tenist por paii , et tout ce que il peut faire de ses homes liges par dreit et par f assise.

IX. Puis que vous avis oy la raison et le poer dou roi, si coumande le dreit que vos oiis la raison et le dreit de quei est tenus le mareschau dou reaume de servir au roi et quis est son office de la mareschaussii par dreit.

X. Ici orris qui est tenus de veir les bestes dou restor, et par qui coumandement devent estre paiis les restors et mis en escrit k la segrete dou seignor.

XI. Ici orris quel poer a le mareschau d'arester la paie des homes liges et lor fiis, puisque les homes liges font ce quil ne deivent faire.

XII. Ici orris la raison des bestes as homes liges, qui meurent si come il ne deivent, et sur qui det estre la perte, et coment il pevent rendre leur bestes k cort, par raison et par fassise.

XIII. Ici orris la raison por quei on ne deit aver son restor, ains deit estre la perte de la mort de la beste ou le mahaing sur Tome lige et non mie sur le roi, en cui restor sont les bestes.

XIV. Ici orris la raison dou poer dou counestable dou reaume et de ce qui apartient k son office, por le leuc quil tient de la counestablie dou reaume.

XV. Ici orris la raison que deit aver li mareschaus el gaaigae qui fait li rois enaucune chevauchie, c'il Ta fait et il y a guaaignie. *

XVI. Ici orris par quantes raisons peut li rois deseriter ses homes liges, sans esgart de cort, se il font vers luy nules de ces choses qui sont si devisies.

XVII. Ici orris la raison dou borgeis qui fiert un chevaler et quel dreit deit estre de celuy borgeis qui a ce fait.

XVm. Ici orris la raison et le dreit qui deit estre de celuy chevaler qui est ataint qu il ait batu un borgeis sans nul cop aparant.

XIX. Ici orris la raison et le dreit que doit perdre celuy chevaler qui est ataint par garentie d'autres chevalers qu'il ait batu aucun borgeis ou fait batre par autre que par luy.

XX. Ici orris la raison et le dreit qui est estabH de faire de celuy chevaler qui ocit un borgis ou fait ocirre.

XXI. Ici orris la raison et le dreit c on doit faire de celuy chevaler qui est patarin et de son fii et de ses choses; et quel dreit y a sa feme, ce elle est de dreite fei.

XXII. Ici orris la raison quel dreit det estre de celuy chevaler qui estraie son fii et sen vait en terre de Sarasins, sans recoumander son fii a son seignor.

XXIII. Ici orris con deit faire de celuy chevaler qui estraie son fii et s'en vait en terre des Sara sins et se renoie de la lei de Iehsu Crist por cele de Mahoumet.

7 6.

Digitized by

Google

Last edit 10 months ago by lmorreale3
Leaf703 thumb

604 SOMMAIRES DU LIVRE AU ROI.

XXIV Ici orris la raison de quei sent tenus tous les houmes liges d e faire; et celuy qui ne le feret si det estre deserts a tousjors, par dreite assue

XXV Ici orris la raison et le dreit c'on doit faire de celuy home hge qui mesfait vers son sei gnor, et dou roi qui mete main sur son home lige, sans esgart de ses pers, ce est des autres

XXvTfci^is la raison de celuy home lige qui recoumande son fie a son seignor ou a sa dame,

XXVIL Morris la raison de la povrete dou roi ou de celuy qui sera en son leuc, qui n'a de quei paier ses homes liges oune les veutpaier. .

XXVIII Ici orris la rabon et le dreit que deit estre de celuy home lige qui a son fie dehors la cite et Sarasins vienent et saissisent celuy sien fie, et c'il deit plus servbe au seignor por celuy fie que autre tient que luy, et il ne le pent amender

XXIX Ici orres la raison de seluy home lige que li rois vent mander en serv.se hors des parties dou reaume; ets'il est tenus d'alerou non.

XXX Puisque vous avis oy le dreit et la raison des homes liges, si comande la lei et lasise que vos oies et entendes la rabon des femes veves liges -, quel poier elles ont de leur cors maner sans conge de son seignor ou de son dame desous cui elle sera ; et quel poier a le seignor ou la dame, de sa feme marier segont se qui li afiert.

XXXI Ici orres c'on det faire de ceie feme veve lige qui prent baron sans conge de son s ei gnor ou de sa dame desous cui elle est, et en quei cort celuy qui la prent por feme.

XXXII. Ici orres la raison c on pent faire a la feme veve lige qui ne vent prendre baron que 1.

rois ou sa dame, desous qu'elle est, li veut douner. ,...-„ , ^ ,

XxV Ici orres la raison de seluy home Uge qui est mors et a laisse deus filles ou plus aprfes luy, ^Ua plus ainsnee k qui vient le fie, ait fait aucune chose par quex e e det estre deseritee t usjor, XxV Ici orres la raison de fome lige qui est mors et sa mother, et ait laisse apr fa ^ heir

de ses biens deus filles ou plus , soient mariees ou non manees, quel raison d ont au fii de

Xxlv P H olTrallon de celuy home lige qui est mors et sa moiEer auci. et sont remis fis

* fill* Tapl eaus, de qui det ele le baillage de celuy fie, puisque le fis est mort et a W

anfans de luy, ou un ou deus ; ou mains ou plus. XXXVI. Ici orris la raison de celuy home lige qui est trespasses et sa modler auci , t ont la^ Teir apres iaus deus filles et un fis, et tos sont maries, et li fis morut, sans ce qud onques fa

Z ne tenant de tous les fies de son pere ni de sa mere, et quel nuson ont puis les serors is

choses de leur pere et de leur mere. XXXW. Ici orris la raison des borgesies des homes liges qui sont mors et ont laissi et fis et

filles, etdouquel devent estre les borgesies. XXXVIII. Ici oiis la raison que det estre de celuy home lige qui tient un fii ou plus, e d h en

eschiet un autre fii ou deus ou trois, de par aucun sien parent ou parente qui mors sont, et

a luy vienent; coument H les doit diservir. Mrt n9 r iaus

XXXIX Ici orris la rabon des barons dou reaume ; coument et de quel chose .1 ont cort par iaus

en leur teneures et en lor viles qu'Q tienent el reaume. XL. Ici orris la raison dou chevaler sodoier qui bati ou feri un chevaler home hge et d

ataint par garentie dautres chevalers , quel dreit en deit estre. XLI. Ici orris la raison dou chevaler qui fiert et mahaigne aucun borgeis, sans mesiait qui

fasse, et con det faire de celuy chevaler. .... Pt flU el

XLII. Ici orris quel dreit on deit faire de celuy chevaler home lige qui dev.ent mes.au, qu

dreit a yl puis en son fii, despuis que ce mau li avint et oii il det estre et ™ner. XLID. Ici orris la raison de fescheete de fii qui vient a la nounain , et ce elle le deit aver ou

et coument et en quel guise. , j e

XLIV. Ici orris la raison s il i a nus home Uge ne nule feme lige qui ait poier de venur F

son fi£ ou non. , auantes

XLV. Ici orr^s la raison dou fie qui se vent , et par quel essoigne il se peut vendre ,ep 4

cites dou reaume il se det crier cele vente , avant qu il se dee livrer. nreV elise ,

XLVI. Ici orres la raison de celuy home lige qui ait fait faire ou contrefaire aucun Iaus P

et vient avant et requiert ce que celuy prevelige dit et le demande.

Digitized by

Google

Last edit over 2 years ago by benwbrum
Leaf704 thumb

SOMMAIRES DU LIVRE AU ROI. 605

XLVII. Ici orris la raison de celuy home iige qui a passi aage et est vis , se il det aver son fii sans servise ou non.

XLVin. Ici orris la raison d'iceluy qui a passe aage et il a plusors fiis que il faisoit deservir, et se

tous devent estre quites, sans servise, en la vie de celuy qui a passe aage. XLIX. Ici orris la raison de celuy chevaler qui mete sa beste en gage k aucun home , jusque 4 un

terme, et sil ne paie audit terme, que il peut faire de la beste; et se la beste meurt en sa

gagiere ou se mahaigne , qui la det amender. L. Ici orris la raison des assenemens que les homes liges font sur leur fiis en la segrete du

seignor.

LI. Ici orris la raison de celuy home lige qui a fii k luy et k ces heirs de moiller, et sont tous

mors et ces heirs et luy, et k qui eschiet celuy dit fii. LII. Ici orris la raison dou bagner et de sa semostre; quel force elle a, s'on ne fait ce qu il lor dist

de par le roi.

Digitized by

Google

Last edit over 2 years ago by benwbrum
Leaf705 thumb

Digitized by

Google

Last edit over 2 years ago by benwbrum
Leaf706 thumb

VI.

LE LIVRE AU ROI. 1

CHAPITRE PREMIER.

Por ce que la raison coumande que la cort as chevaliers, con clairne la Haute Cort, ne doit nus hom coumencer a retraire les jugemens , con ne doit coumencier tout premier au chief, ce est au roi ou a la reine , de qui tos les biens et tous bons essamples et toutes bones droitures si devent venir; et por ce coumande la raison c'on deit tout premier k luy coumencer, por ce c'on doit saver et counoistre quel poer a li rois de bien faire k ces homes liges, et quel poer il n*en a de maufaire, par dreit et par 1'assise de Jerusalem.

Bien sachent tous ceaus qui sont et qui a venir sont , que li rois est tenus d'acreistre et de nonamermer les droitures de la couroune de son reaume; nine deit, par dreit ne par Fassise, nus des chastiaus dou reaume, ce est des forte resses, en metre en mains des Sarasins, por nul besoing que il ait a ; ni ne peut ni ne deit nule des forteresses dou reaume vendre ni douner k yglise ni k reli gion; mais bien la peut faire abatre li rois la forteresse, se il voit que trop grieve au reiaume celuy chastiau. Et se il avenoit que li rois ou la royne vosist metre aucune de ses forteresses el poer de ses gens que sont dites desus , la raison juge que ses homes liges li pevent bien destorber et deffendre de ce faire; et si ne mefferont por ce les homes liges vers leur seignor de rien , par dreit ni par 1'assise dou reaume de Jerusalem.

1 Ce livre est fourni par le manuscrit de la Bibliotbeque royale de Munich , dans lequel il est plac£ a la suite des assises de la Cour des Bourgeois, et par b, qui n'en donne que trente et un chapitres. Les matures qui y sont traitees indiquent suffisamment que cet ouvrage est du nombre de ceux qui furent composes sur la jurisprudence de la Haute Gour et qu'il ne doit pas en 6tre d£tacbe\ Le titre : Le Livre au Roi,ne se trouve pas dans les manuscrits; nous Tavons tir6 des mots qui terminent, dans m, le \ivre sur les assises de la Cour des Bourgeois : Ici est feny cestui livre et coumence aprls (le Livre) au roi. Nous avons £galement suppled le mot chapitre en t£te de chaque rubrique, et donne* k ces chapitres, comme dans b, une serie particuliere de num£ros, tandis que, dans le manuscrit de Munich, la se>ie des nu me>os du Livre de lassise des Bourgeois est continue dans celui-ci. Le texte de m 6tant moins correct que celui de b, nous Tavons, en plusieurs endroits, corrige* a l'aide de ce dernier, sans nous croire obliges d'indiquer dans les notes toutes ces corrections, ce qui nous aurait conduits a reproduire continuellement la citation du manuscrit b , ou les variantes d un texte que M. Kaussler vient de publier k Stuttgard, i83g , in-4°.

* Les Chretiens furent sou vent forces d'abandonner des vifles et des forteresses aux Musulmans , en vertu de capitulations. Jerusalem fut m&me remise de la sorte au pouYoir de Saladin. L'auteur, en se servant des mots por nul besoing que il ait, exprime done une idee trop absolue, et que la necessite dementit plus d'une fois. Cependant il est vrai de dire que, dans Fesprit des Croi ses, les cessions qu'ils faisaient aux Musulmans etaient provisoires , et qu'ils continuaient de donner, de vendre ou d'echanger des terres qu'ils n'occupaient plus. On lit dans unecliarte de Balian d'Ibelin, sired'Arsur, del'an 1269:

« Et quant la dite seignorie d'Arsur sera es mains de « Crestiains , vos , le devant dit maistre et convant ou vos « successors ou autres persones por votre dite maison t « devez metre un home de la vostre partie , tel com il vos • plaira. • (Paoli, Codice Diplom. t. I, p. 186.) Jean l'Aleman, sire de Cesaree, donne, en 12 55, tout ce qu'il possede dans la ville d'Acre aux Hospitaliers ; et en determinant les conditions de cette donation , il pr6 voit ce qui arrivera qaandocivitas Hierosolimitana erit in manwt Christianorum. (Id. p. 22 3.) Cette noble confiance meritait plus de succes.

l 1 .1

Digitized by

Google

1 1

Last edit about 1 year ago by Nicholas Paul
Records 1 – 5 of 42