La Clef des Assises

ReadAboutContentsVersionsHelp
Leaf674 thumb

LA CLEF DES ASSISES DE LA HAUTE COURT DU ROYAUME DE JÉRUSULEM ET DE CHYPRE

CE ET LE PROLOGUE DE CEST LIVRE, QUI EST APELLÉ LA CLEF DES ASSISES ET DES USAGES ET DES PLAIS DE LA HAUT COURT DOU ROYAUME DE JERUSALEM ET DE CHYPRE; LEQUEL PROLOGUE EST DEVISÉ COUMENT LES ASSISES DOUDIT ROYAUME FURENT FAITES, ET LES COURS ET LES USAGES ESTABLIS.

Quant la sainte sité de Jerusalem fu conquise sur les hennemis de la Crois, en l'an de l’lncarnasion de nostre Seignor Ihesu Crist mil et LXXXXIX. ans, par un vendredi entour houre de none, en teil point com Dieu fist houme et que son benoit fis, le dous Ihesu Crist, ressut mort en la veraie crois en icele meisme cité, et que elle fu remise en la main et en le pooir des feaus Ihesu Crist par les pellerins qui se mirent à venir conquerre la, par le preschement de la Crois qui fu preschée par l'enortement de Pierre l'Ermite; que les princes et les barons qui l'orent conquise orent esleu à roy et à seignour dou royaume de Jerusalem le duc Goudefrei de Boullion, et il en ot resseu la seignorie et ne vost estre sacré ne enoint à roi dou dit royaume, por quei il vost porter corone d'or là vou le roi des rois, le dous Ihesu Crist le fis Dieu, porta courone d'espines le jor de la Passion; il, qui fu moult ententis et moult courious à metre ledit royaume en bon point et en bon estat, et que ses houmes et son peuple et toutes manieres de gens alans et venans et demourans el dit roiaume fussent gouvernés, gardés, tenus et maintenus, menés et justizies à droit et à raizon, eslut, par le conseill dou patriarche de la sainte Yglise de Jerusalem et par le conseil des princes et des barons et des plus sages houmes, que lors il post avoir, à enquerre et à savoir des gens de diverses terres qui là estoient, les usages de leur terres, et que tout quantque ceaus qui l'orent esleu à ce faire en porent savoir ne aprendre, il le firent metre en escrit, et aporterent cel escrit au duc Guodefroy; et il assembla le patriarche et les avans dis, et leur monstra et fist livre devant yaus cel escrit. Et après, par leur conseill et par leur acort, il coucouilli de siaus escris ce bon leur sembla et en fist assises et usages que l'en deust tenir et maintenir et user au royaume de Jerusalem, par lesquels luy et les houmes et son peuple, et les alans et les venans et les estagans en son roiaume fussent gouvernes, gardés, tenus et maintenus et justiziés à droit et à raizon.

El dit royaume establi deus cours seculiers: l'une la Haute Court, de coy il fu gouverneour et justizier; l'autre court, de la Bourgesie, en laquel il establi un houme en son leuc à estre gouverneour et justizier, lequel il appela visconte. Et establi à estre juges de la Haute Court ses houmes chevaliers qui li estoient tenus de foi par l'omage qu'il li avoient fait; et de la Court de la Bourgesie, bourgiois de la dite cité des plus loyaus et des plus sages que en ladite cité fussent, et leur fist jurer le sairement que les jurés de Court de la Bourgesie

Last edit 3 months ago by lmorreale3
Leaf675 thumb

jurent, lequel est devisé el livre des Assises de la Court de la Bourgesie. Et establi que lui et ses houmes et leur fiés et tous chevaliers fussent menés par la Haute Court, et que les autres gens que il ne voudroient que il fussent menés par la Haute Court, fussent menés par la Court de la Bourgesie; que les bourgois fussent menés et determinés par la Court de la Bourgezie; que les plais des bourgois ne pevent ni ne doivent estre plaidés ne jugiés que en la Court de la Bourgezie.

Que enssi fu lors establi, par coumun acort dou seignour et des houmes et des bourgois et enssi a esté adès puis tenu et maintenu el dit royaume. Et il ne fist mie ni establi les usages des deus cours semblans en toutes chozes, pour ce que haus houmes et yaus qui sont tenus au seignour de foi et le seignour à yaus, et leurs fiés, et chevaliers ne doivent estre ensi menés come bourgois, ne gens de basse main ni peuple. Establi que en toutes les sités et en tous les autres leus dou royaume, que il eussent justize, eust visconte et jurés et Court de Bourgezie pour le peuple gouverner, maintenir et justizier par les assizes et les usages qui leur furent puis establis à tenir et uzer en la Court de la Bourgezie. Et il et les autres seignors et rois doudit royaume qui après lui furent, dounerent à aucuns haus homes el roiaume baronies, seignouries, cors, coins et justize, de quei il leur devoit servize de leur cors et de quantitéde chevaliers: et le servize que il en devoient ains que la terre fu perdue, sera devizé en la fin de cestui livre.

Et après ce que les devant dites assises furent faites, et les usages establis, le duc Guodefroy et les rois et les seignors qui après lui furent el dit royaume, les amenderent par plusours fois: car les chozes qu'il counosoient et veoient qui leur sembloit bons à ajoindre ou à acroistre ou à mermer ès assises et as usages doudit roiaume, il le faizoient par le conseill dou patriarche et des barons et des haus houmes et des plus sages houmes et gens qu'il pooient avoir, et clers et lais; et à chascun passage le roi dou roiaume, si avoit lizir à asembler à Acre le patriarche et les avans dis, faisoient enquerre as plus sages gens qui venoient de diverses parties dou monde les usages de leurs terres, siaus faisoient tout escrire et puis li portoient syaus escris, et il les moustroit au patriarche et as avans dis, et, par leur acort et leur conseill, le roi creissoit et amermoit ou ajoinnioit as assises et as usages doudit royaume se que bon leur sembloit d'amender les par lesdis escris ou autrement. Et pluisors des rois doudit royaume envoioient plusors fois messages en diverses parties dou monde pour enquerre et savoir les usages de leur terres, por amender à lor poier et à leur essient les assises et usages doudit royaume: et les amenderent par le conseill des avans dis en se que il leur sembloit que bon fust; et ensi le firent pluisours feis et ans, tant que il orent fait les assises et les usages des meilliours et les plus convenables qu'il porent ne sorent à lor essient au seignor et à ses homes et as chevaliers et as pelerins et as merchans et au peuple et as alans et as venans et demourans nel dit roiaume gouverner, guarder, tenir, maintenir, mener et justizier et bien et loyaument et droitement, selonc ce que cascun est. Et après que le duc Guodefroi et les autres qui après lui furent seignors et rois doudit royaume, orent establi les assises et les usages doudit royaume

Last edit 3 months ago by lmorreale3
Leaf676 thumb

et les deus cours seculiers, si coume il est avant dit, li peuples des Suriens vindrent devant un des rois doudit royaume, et li prierent et requistrent que il vousist qu'il fussent menés selonc leur usage des Suriens, et qu'il eust chevetaine et jurés de court, et que parcelle court il fussent menés selonc leur usage des querelles qui verroient des uns de yaus as autres. Et celui leur otreia ladite court, sauf querele de sanc et querele de quei l'om pert vie ou membre et querele de bourgesie, lesquels il vost que il fussent plaidoiés et determinés devant lui ou devant son visconte. Et ensi fu establi par toutes les seignouries dou royaume: et le ehevetaine de celle court est apelé rays en leur lengage Arabie et les autres jurés. En aucun leuc dou royaume a jurés de la court des Suriens, et n'i a point de rais, mais le bailli de la fonde dou sel leuc est ausi coume rais: et les plais des Suriens des quereles avant dites vienent devant lui et sont determinés par les jurés de celle court, aussi coume les rais qui vaut autant à dire en cest cas come visconte à mener les Suriens audit royaume. Et pour ce que il me semble droit et raizon que le chief seignor dou royaume de Jerusalem et les barons et les autres riches homes qui ont cours et coins et justize, sachent les assises et les usages doudit royaume, que le chief seignor dou royaume jure, ains qu'il soit resseu à seignor ne enoint de sacre à roi, de tenir les à son pooir et faire les tenir en son royaume, et que tous ses homes et les homes de ses houmes les doivent aussi jurer, pour gouverner, garder, maintenir, jugier, justizier lor homes et leur peuple si come il doivent, chascun en droit soi par lesdites assises et usages, et que leur houmes qui doivent estre jugés de leur cors sachent bien droitement jugier les jugemens que il devront faire selonc celles assises et ceaus usages, ais je coumencé ce livre, tout soit que je conoisse bien que en moi n'a sens ne counoissance, ce par quoy je le deusse comprendre à faire, mais par la fiance et esperance que je ais en la puissance de Dieu le Pere et en la sapience de Dieu le Fis, en la benignité dou Saint Esprit, qui m'en dounent sen et grace de bien faire selonc ce que je avoie empris et retenu de ciaus qui ont esté les plus sages homes de mon tens, à qui je ais oy parler des assises et des usages doudit royaume et des plais de ladite cort, et pour ce que je lor ay veu faire et user, l'ais je empris à faire.

Si pri là Sainte Trinité que elle m'envoie la grace dou Saint Esperit, si que je puisse mener cest livre à perfection, qui soit à l'henour de Dieu et au proufit de m'arme et au droit gouvernement dou peuple dou royaume de Jerusalem, selonc les droites assises et les drois usages doudit royaunie, et à proufit des armes et des cors de tous ciaus qui le liront et lirre l'orront, de quei je pris et requiers et conjure, de par Dieu, que il de choze que il aient n'en usent malernent à toulir ni esloignier le droit d'autrui, mais que il en usent à lor droit ou à celui d'autrui aprochier, deffendre selonc ce que mestier lor sera: car m'entension n'en a esté de livre faire, que pour enseigner à cians que mestier en averont et averont droit et le requeront d'avoir le aprochier et à desraignier à ciaus qui lor requerront ce que est leur droit de savoir le enseignier et deffendre. Et pour ce que il me semble, ains que je parle en se livrè des assises et des usages ne des plais de la Haute Court doudit roiaume,

Last edit 3 months ago by lmorreale3
Leaf677 thumb

que je ce doye deviser qués il me semble que il seroit mestier que le chief seignor dou royaume fust pour bien et droitement gouverner ledit royaume et leurs houmes et leur peuple guarder, maintenir et justisier si coume il doivent, et qués il seroit mestier que les barons et les riches houmes qui ont cours et coins et justize el dit royaume por leur baronies, seignories et leur houmes et leur peuple guarder, maintenir et justizier selonc les assises et les usages dou dit roiaume, et que lès juges et les plaideours doudit royaume de la Haute Court doivent estre por les plais bien plaidoier et loyaument jugier. Car sans ceste avant dite Haute Court en aucune seignourie doudit royaume ne peut estre ne plait ne plaidoié ne jugié ne determiné, ne assise tenue, ne usage maintenu en la Haute Court de celle seignorie. Por ce que chacun seignor est chief de sa court, et que tous ces houmes ou partie de yaus o lui ou selui qu'il establit en son leuc, sont court, devizerai je au coumencement de mon livre qués il seroit mestier que les avans dis fussent o royaume pour bien et droiturierement gouverner.

Ici fine le prologue dou Livre de la Clef des assises et des usages et des plais de la Haute Court dou royaume de Jerusalem et de Chypre, et coumence la flor et la force doudit livre.

Last edit 3 months ago by lmorreale3
Leaf678 thumb

La Clef des Assises de la Haute Cour du Royaume de Jérusalem et de Chypre

I. Tous ciaus qui veulent plaidoier en la Haute Court fou royaume de Jerusalem et de Chipre doivent demander au seignor conseill avant qu'il comencent le plait; et que ce soit le plus fort et le meillior conseill qu'il porroit avoir et le plus loyaus homes de la court, et tels qu'il entendent se qu'il li descovrera de son conseill, et l'en sache celer: et quant plus en saura, et miaus li vaudra. Et tous-jours demande le meillior plaideour, se il le peut avoir.

II. Le seignor a poier de retenir à son conseill ou à sa paroule guarder, lequel que il viaut de ses houmes.

III. L'on se doit de chascune choze par soi metre en esgart, et en chascun esgart metre son retenaill.

IV. Nul ne doit plaidoier en la Haute Court doudit royaume, s'il n'a demandé conseill; car qui le fera, ne porra après avoir conseill de court. Ne nul ne doit respondre au claim ni à requeste que hom fait de lui, sans conseill.

V. Qui plaidoie en court garde soi qu'il n'otroye choze de quei l'om li demande otroy, se il n'est par le conseill de son conseill.

VI. Garde soi qui demande conseill que il ne demande à conseill houme qui ne doit servize de son cors au seignor, car il ne le conseillera jà, se il ne viaut; ne le seignor ne le pourra destraindre d'aler à conseill de celui qui le requiert.

VII. Nul ne doit offrir à prover choze qu'il ne puisse prouver, quant il l'avoie, ne ne doit pas faire fausse preuve.

VIII. Garde soi bien que qui plaidoie que il en court ne die ne ne face dire vilaines paroles au seignor ne à la court, ni à selui contre que il plaidoie, ni paroles rampounouses ne outragouses.

IX. Trois chozes sont de quei l'en ne peut plaidoier en la Haute Court: l'une si est de la foi catholique; l'autre si est fou mariage; la tierce si est de testament. Ces se doivent condure en la cort de l'lglize.

Last edit 3 months ago by lmorreale3
Records 1 – 5 of 26