Untitled Page 10

OverviewTranscribeVersions

Facsimile

Transcription

Show Translation

612 ASSISES DE LA HAUTE COUR.

l'acreour par leurfei, en jusques à tant que leur seignor l'ait paié; et c'il ne la
paié au dit terme, quant il li bailla ces homes liges en gage, la raison juge et
coumande que celuy acreour a bien poer, puisque li termes est passés qu'il n'en
est paiés et le dut estre, de vendre gage abandon et fiés et maisons et can que
ceaus ont qui tient en gage por sa dette, et paier sei de se que le seignor li devet.
Et puis qu'il sera paiés, si est tenus de delivrer au roi ses homes liges qui li bailla
par dreit. Mais c'il avient qu'il i ait aucun home lige qui ne voisist entrer en cele
gagiere por son seignor, la raison juge qu'il det estre deserités tout enci com est
dit desus en l'autre jugement, car ce est droit. Et bien sachés, que par dreiture de fei et par l'assise, li rois est tenus, en toutes guises, se li onques peut sans faire trop grant meschief dou renom de la courone , de delivrer ses homes dedens celuy an et celui jor qu'il entrerent en la prison ou en l'ostage por luy. Et si est li rois tenus par dreit de donner à ces homes, tant come il seront en la prison ou en l'ostage por luy, à bevre et à manger et à vestir, ce il a sauvé les rentes de leur fiés por quei il deivent l'omage et la ligesse ; et ce est dreit et raison par l'assise de Jerusalem.

CHAPITRE IX.

Puis que vous avés oy la raison et le poer dou roi, si coumande le dreit que vos oiés la raison et le dreit de quei est tenus le mareschaus dou reaume , de servir au roi , et qués est son office de la mareschaussié par dreit.

Bien saches que l'office dou mareschau dou reaume si est que il deit estre tout
premier hors au cri, o la baniere reau, por arenger et por destenir les gens de
la terre qu'il ne voisent folement et se perdissent par malegarde, et puisque li rois
est venus hors ou celuy qui seroit en son leuc, si deit le mareschau ordener ses
eschielles et des chevalers et des tricoples, segont ce que miaus li en cemblera.
Et si sont tenus par dreit les chevalers et les trucoples d'obeyr tous le couman
dement au mareschau, ni ne se deit meuvre nule eschielle ne poindre sans le
congé dou mareschau ni torner arieres. Et le mareschau est tenus, si tost com il
avera ordené les eschielles , de venir devant le roi por oyr et por entendre sa
volenté et son coumandement, et se que li rois li coumandera ou de poindre ou

Page Notes

Nobody has written a note for this page yet

Please sign in to write a note for this page